De Khumbu, au Népal, c’est une pyramide noire à rayures dorées. Il n’y a pas de neige dessus. Il se détache des hauts sommets environnants, recouvert d’une grande partie de la glace malgré ses fosses. C’est le vent de la grande altitude qui balaie les culminations himalayennes habituelles, tout ce qui n’est pas étroitement lié à la terre et qui met à nu la montagne la plus haute du monde.

Découvrir l’Everest

De Rongbuk au Tibet, c’est comme un gros oiseau de rocher aux ailes déployées, tout aussi sombre avec des rayures dorées. Un corps central, avec escarpements et étagères, s’affûte de la base à la pyramide du sommet. Deux grandes fissures verticales le séparent de ses ailes tendues, sillonnées de lignes blanches qui se croisent pour former des losanges, traces de glace coincées dans les fissures de la déesse de la pierre. Des deux côtés de l’Everest, il y a un caractère original, de dimension, de forme, de roche, de dureté, de prestige, qui différencie cette montagne de toutes les autres.

Sous la pyramide de Khumbu s’ouvre un cirque glaciaire silencieux, haut et aveuglant. La glace qui s’y est accumulée est déversée par un rétrécissement vers la base sud du pic. Il franchit la pente raide formant une cascade lumineuse où le glacier brise sa continuité, se fend et s’ouvre en fissures, se brise en énormes blocs de glace instable qui marchent, font un signe de tête, s’inclinent, s’effritent, se ferment et ouvrent des fissures, changeant son emplacement et sa physionomie.

Du col nord, en revanche, la glace descend par rouleaux le long de la pente raide du nord-est, s’installe sur un palier suspendu à 6 500 m d’altitude sous le Chang-Tsé, parcouru par le vent et le froid, comme un cristal translucide et clair de neige, regarde la mystérieuse pente est, surplombe la grande tour en morceaux du Makalu et serpente sa descente progressive à travers le labyrinthe solitaire des hautes vallées du nord.

La forme troublée de la cascade sérac sur les plaines basales méridionales, où l’écoulement de la langue est calmé et les camps des expéditions sont installés, qui suivent généralement la route normale vers l’Everest ou, moins fréquemment, d’autres qui partent de cette pente népalaise, comme son bord ouest exigeant. La glace commence à se recouvrir de roches meubles ; l’eau d’un cours d’eau en fusion commence son cours ; des pinacles coniques de glace glacée dépassent de la surface de façon isolée ou en petits groupes.

Get Your Guide

Au nord, plusieurs langues glaciaires se rencontrent dans les vallées qui ont tendance à se rencontrer à Rongbuk. Entre eux, le long de leur contact, des lignes de surface continues de pierres foncées et de moraines moyennes se forment, contrastant avec la blancheur et la cassure des blocs des bandes de glace vivante. Ces blocs brillants de plusieurs dizaines de mètres de hauteur deviennent progressivement pyramidaux, s’isolant les uns des autres dans des forêts de cônes minces séparées par des fissures labyrinthiques, perdant leur matière dans l’atmosphère extrêmement sèche, recouvrant leurs contours d’une peau cristalline, rugueuse, apparemment suintante, brillante et fondante. Au fur et à mesure que le printemps avance, la fusion crée des piscines et des lagunes blanchâtres au pied des pinacles, avec une croûte glaciale et peu sûre qui s’amincit et devient verdâtre au fil des jours.

Les deux glaciers, au nord et au sud, sont transformés vers le bas en langues recouvertes de débris rocheux jusqu’à leur achèvement, encastrés entre des murs de moraines en quinconce, construits dans leurs différentes étapes de progression et de stabilité. De cette façon, ils s’éloignent des fronts de montagne et descendent vers les hauteurs où leur progression se termine. Au sud, les plaines bovines de Periche s’ouvrent dans une élégante ceinture montagneuse. Au nord, les terrasses de gravier s’étendent jusqu’au paysage aride à l’extérieur de la chaîne de montagnes, surplombant la colline du plus haut monastère de la terre. Jusqu’au milieu des années 1980, la grande pyramide, la déesse gelée, était une tour éloignée du sud et du nord, ce qui lui donnait le mystère de ce qui exigeait un long chemin, de ce qui exigeait l’entrée dans des royaumes solitaires. La marchandisation des montagnes est aussi venue ici ; avec elle, leur accès est plus facile, mais il est de plus en plus difficile d’entendre leur secret.

Itinéraire : Khumbu, Katmandou (Népal) et Rongbuk de Lhassa (Tibet). Je recommande de marcher sur l’ancienne route du Népal à Khumbu et de prendre toute la route de la capitale du Tibet jusqu’au monastère de Rongbuk.

Get Your Guide
Des articles et conseils