Un bébé est né sur ma croisière en bateau lent au Laos

Un bébé est né sur ma croisière en bateau lent au Laos

septembre 3, 2018 Non Par Emma

La journée a commencé sur un ton plutôt placide.  Nous étions dix avec notre chauffeur et sa conduite ridicule depuis Chiang Mai, en passant par Wat Rong Khun et finalement jusqu’à la rivière où nous allions prendre le bateau lent pour le Laos depuis Chiang Mai.  

À ce moment-là, la plupart des compétences de conduite que les occidentaux désapprouvent, mais auxquelles les habitants de la région étaient habitués, avaient engourdi mes sens.  Je venais tout juste de m’habituer au fait que j’allais entrer dans au moins une, sinon deux, collisions mortelles chaque jour en Asie du Sud-Est.

Mais à ma grande surprise, le trajet a été rapide et avant que je ne le sache, nous sommes arrivés au quai d’embarquement du bateau, tous les passagers ont remis leurs billets et ont commencé la longue croisière de deux jours et d’une nuit sur le Mékong en direction du Laos.

Une croisière pas ordinaire au Laos

Mais ce n’était pas une croisière ordinaire comme celle que vous trouverez, disons aux Bahamas avec une grande compagnie comme Celebrity Cruises ou Norwegian Cruise Lines.  

Non, lors de cette croisière, nous sommes montés à bord d’un simple bateau rachitique qui était plein à craquer avec une soixantaine d’habitants et de touristes qui remontent la rivière jusqu’à Luang Prabang.  L’eau qui s’infiltre dans la salle des machines m’a dit que ce n’était probablement pas le bateau le plus sûr à prendre, mais au moins, nous allions là où nous voulions aller.

Notre bateau dans toute sa splendeur en bois blanc, rouge et vert lime était coincé entre une quinzaine d’autres bateaux sur le bord de la rivière.  Le capitaine et sa famille ont dû travailler avec soin pour pousser les autres bateaux juste assez loin pour qu’il puisse mettre le moteur en marche arrière et le remettre dans la partie principale de la rivière.

Après environ 10 minutes à sentir les fortes émanations de carburant diesel et à écouter le son constant d’un moteur grondant tout en sentant les bateaux jouer les uns contre les autres, nous avons finalement réussi à sortir dans l’eau.  Puis, comme ça, on est partis.

Paysage et promenade

La promenade est devenue beaucoup plus tranquille une fois que le bateau a été libéré de son environnement captif.  Le bruit du moteur a été laissé derrière nous pris au piège dans la salle des machines et tout ce que nous pouvions entendre était le sifflement du vent par nos oreilles, les éclaboussures d’eau sur le côté du bateau et le bavardage des personnes qui se trouvaient à bord du bateau.

Le paysage était presque surréaliste.  On aurait dit que nous revenions à une époque où la civilisation n’avait pas encore pris possession de la terre et j’adorais ça.  Des buffles d’eau sauvage ont été trouvés dans de petits troupeaux de 4 à 20 membres nageant le long des rives de la rivière.  Les sangliers jouaient avec sa portée de bébés dans la boue tandis que le reste du collier était destiné à la nourriture.  

Mais ce n’est que de temps en temps que vous avez vu des traces d’êtres humains.  Quand vous avez vu des signes d’eux, c’était dans la forme la plus simple et la plus élémentaire.  Par exemple, des huttes de bambou sorties du feuillage surplombant les rives de la rivière et des pêcheurs locaux se trouvaient dans des bateaux sculptés à la main qui remontent la rivière jusqu’à leur lieu de pêche local.  

Premier jour dans le bateau

Les enfants semblaient avoir beaucoup d’énergie chaque fois que nous passions devant eux.  Ils couraient dans et hors de l’eau dans rien de plus que des tissus de longe et certains sans vêtement du tout ; ils grimpaient simplement dans les arbres et faisaient des sauts dans l’eau pendant que les plus âgés s’exercent à lancer des filets en essayant d’apporter du poisson supplémentaire à la maison pour le souper.

Après m’être assis un moment dans mon siège, j’ai commencé à me promener et à mieux voir le bateau lui-même.  Il y avait une petite famille composée du capitaine du bateau, de sa femme, de deux enfants plus jeunes, de deux enfants plus âgés et d’une grand-mère.  Qui sait, le grand-père était peut-être assis sur le toit, fumant une cigarette et jetant un filet dans la rivière pendant que nous roulions.

En marchant jusqu’à l’arrière du bateau, c’est là que je suis tombé sur leurs conditions de vie de base.  Il n’y avait pas de lits, seulement des matelas minces qui n’offrait aucun amortissement.  Bien qu’ils avaient un ensemble décent d’ustensiles de cuisine par rapport à la plupart des familles que j’ai vues au Laos, j’ai remarqué pendant tout le voyage qu’ils n’ont rien mangé de plus que du riz blanc collant.

Cela m’a inquiété au sujet de la quantité de nourriture dans leur alimentation quotidienne, mais cela m’a rappelé que, malheureusement, c’était la façon dont beaucoup de familles à travers l’Asie du Sud-Est mangeaient.  Pendant toute la durée de notre voyage, nous avons dû nous arrêter dans 5 à 10 villages, ramassant et déposant les gens du pays avec leurs provisions.  Comme j’étais assis à l’arrière du bateau où c’était un peu plus paisible, les enfants apportent des animaux dont j’ai supposé qu’ils allaient dîner plus tard.

J’ai dû faire connaissance avec 2 gros poissons-chats, un poulet et ses poussins ainsi qu’un petit cochon qui n’a jamais cessé de couiner.  Après une longue journée de voyage, nous nous sommes finalement rendus dans un petit village où nous nous sommes installés pour la nuit dans une maison d’hôtes seulement pour boire un peu de Lao Lao Lao (les spiritueux locaux qui sont brassés et me rappellent un peu de moonshine), nous nous sommes levés tôt pour prendre le petit déjeuner et avons commencé le jour 2 de notre voyage à Luang Prabang Prabang le lendemain matin.

La naissance du bébé au Laos

Le deuxième jour, la remontée de la rivière est devenue un peu plus pittoresque.  Bien qu’il y avait encore un petit nombre de personnes le long de notre route, nous avons vu quelques autres villages de cabanes en bambou qui semblaient s’accrocher le long des falaises boueuses.  On ne pouvait qu’espérer qu’ils ne laisseraient pas dans la rivière un jour de pluie dans un glissement de boue.  

Les choses allaient bien et nous n’étions qu’à quelques heures de bateau de notre destination finale jusqu’à ce que tout le monde commence à paniquer.  En me levant pour enquêter, j’aurais aimé m’asseoir de nouveau parce que, étalée sur le sol, il s’agissait d’une femme laotienne qui semblait être dans la quarantaine.  Devant elle, il y avait un bébé….son bébé ! 

Apparemment, cette femme est montée sur le bateau, 

C’est vrai….elle a perdu les eaux.  Il y avait une femme du coin allongée sur le sol, elle a perdu les eaux ET elle a accouché sans le dire à personne !  C’est dingue, non? Je suis désolé mais vous ne pouvez pas inventer ce genre de choses et, même si vous ne me croyez pas.

Pour moi, c’est la chose la plus cool et la plus dégoûtante au monde.  Allez, je suis un gars de 24 ans.  La naissance d’un enfant, bien qu’elle soit super précieuse, est super dégoûtante et vous devriez vous attendre à de tels commentaires de ma part.  Mais une fois que je suis arrivé sur le côté où je n’ai vu que ses épaules, j’ai appris à apprécier la situation dans son ensemble beaucoup plus.

Heureusement pour la femme, il y avait 4 médecins internes qui se trouvaient à bord de France en voyage à Luang Prabang qui, une fois qu’ils ont su ce qui se passait, sont immédiatement venus à la rescousse.  Tout ce que j’ai à dire, c’est que ces gens sont mes héros.  D’après ce que j’ai compris, c’était la toute première fois qu’ils ont donné naissance à un enfant.

Au milieu de la jungle en Asie du Sud-Est, sur un bateau en bois sans aucune condition sanitaire et/ou équipement pour travailler avec ces 4 futurs médecins a aidé cette femme à accoucher avec succès et l’a gardée ainsi que le bébé dans un état stable jusqu’à ce que nous atteignons le port de Luang Prabang.  Incroyable, n’est-ce pas ?  Tout ce que j’ai à dire, c’est qu’ils seront des médecins extraordinaires…. sans parler de l’histoire qu’ils pourront ajouter à leur curriculum vitae !

Nourrir le bébé

Une fois que la petite fille nouveau-née a été nettoyée, ils ont commencé à la nourrir, mais, je suppose que parce que la mère était si vieille, elle ne produisait pas de lait pour le bébé à nourrir.  Maintenant, je ne suis pas médecin, mais d’après ce que j’ai compris, il est très important que le bébé commence à manger dans les quelques minutes qui suivent sa naissance.

C’est alors qu’une autre mère laotienne est venue à la rescousse.  Comme elle venait tout juste d’accoucher il y a quelques semaines, elle produisait encore du lait et, après avoir recueilli son don, les médecins ont gentiment nourri la petite fille à l’aide d’une paille ridicule.  S’il y a un testament, il y a un moyen !  Les médecins sont restés aux côtés de la femme pour le reste du voyage au Laos.

Après environ 3 à 4 longues heures scéniques plus tard, nous sommes finalement arrivés au port où nous avons débarqué le navire et nous sommes entrés dans la ville.  Je dois dire que toute l’expérience a été, une fois de plus, très humiliante.  J’avais été témoin de mon tout premier accouchement que je ne pouvais décrire que comme un miracle.  

Je suis simplement reconnaissant aux médecins qui étaient à bord ce jour-là parce que s’ils n’étaient pas présents, où seraient cette femme et sa petite fille aujourd’hui ?  L’un ou l’autre aurait-il réussi dans des conditions aussi aléatoires ?  Qui sait, tout ce que je sais, c’est que ce blogueur voyageur solitaire a maintenant une expérience que très peu ont obtenu avant et pour cela je suis reconnaissant.

Avez-vous déjà pris le bateau lent pour le Laos depuis Chiang Mai ?

Des articles et conseils