“J’ai voyagé en Inde avec deux amis et je n’irais pas seul.”

“Vous n’avez pas entendu la nouvelle ? Ils ne respectent même plus les femmes étrangères.”

“C’est dangereux, je ne recommanderais à aucune femme d’y aller seule.”

Les choses qui peuvent se passer lors de votre voyage en Inde

Il est inévitable qu’elle traverse la frontière entre le Népal et l’Inde, effrayée à mort par tous ces avertissements qui résonnent dans sa tête, et il est également compréhensible que, avec toutes ces rumeurs et légendes entourant ce pays, de nombreuses femmes voyageuses se fassent une idée négative de l’Inde sans le savoir.

Après avoir vu aux nouvelles les cas de viols et entendu des expériences désagréables d’autres voyageurs qui ont décidé de mettre les pieds en Inde, il est difficile de ne pas avoir de doutes. C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire ce post ; pour soulager le fardeau de la peur de ces femmes qui sont déterminées à voyager en Inde mais qui ont encore des doutes sur la façon dont ce voyage affectera leur sécurité, et pour convaincre ces femmes qui n’incluent pas l’Inde dans leur “liste des pays que je veux visiter” de toute mauvaise chose qui pourrait leur arriver.

En réalité, ce sont des expériences plus positives qui vont être perdues.

Le fait que tant de gens m’aient avoué qu’ils étaient amoureux de l’Inde n’a laissé personne indifférent qui, comme moi, cherchait sa prochaine destination après trois mois placides à Taiwan. Un Italien m’a expliqué au Myanmar sa relation avec l’Inde : ” J’y ai vécu longtemps et chaque année je lui rends visite. C’est ma maison.” Un Allemand m’a dit : “Je n’aime pas vraiment l’Inde, mais chaque année je la visite. Je ne peux pas l’expliquer non plus.” Un Coréen m’a dit que ce pays était une pure aventure et un Espagnol m’a raconté les “mauvais” moments que les Indiens lui avaient fait vivre tout en me disant que, malgré cela, ce pays l’avait piégée.

C’est ainsi que, peu à peu, ce nom que la peur avait effacé de mes itinéraires imaginaires à travers l’Asie est apparu en eux, jusqu’à ce qu’ils deviennent cinq imposantes lettres majuscules impossibles à ignorer. J’ai acheté un billet d’avion pour le Népal et arrangé mon visa pour l’Inde, et la seule chose que je regrette est d’avoir commencé mon voyage à travers l’Inde avec une telle peur.

Il est vrai que les nouvelles ne mentent pas sur les viols en Inde, que certains hommes tentent de profiter de la foule pour faire paître les femmes étrangères, et que les hommes plus effrontés ne comprennent pas que répondre “oui, je suis célibataire” n’est pas synonyme de “je coucherai avec toi si tu me demandes”. Mais la vérité est que j’ai aussi eu des situations “difficiles” avec certains hommes en Indonésie et au Myanmar, ce qui ne m’a pas empêché de voyager normalement dans ces endroits, et je ne cesserais pas de les recommander à tout voyageur.

La réalité est qu’il y a des impresentables partout, même en Espagne, bien qu’ils n’apparaissent pas dans les nouvelles.

Un titre qui devrait faire la une des journaux : “Un chauffeur de bus indien s’occupe de deux passagères comme si elles étaient ses filles”.
Je ne nierai pas non plus que les frictions dans la rue ou dans le bus ont épuisé mon voyage en Inde, mais je ne veux pas que vous croyiez que tous les Indiens attendent la moindre occasion de vous frotter. Comme je l’ai dit, il y a des impresentables partout, en Espagne et en Inde, et si vous avez la malchance d’en trouver un dans les rues animées de Calcutta, ce n’est pas une raison pour étendre le terme “harceleur” à tous les Indiens.

Cependant, je reconnais que de telles situations sont épuisantes et encore plus dans un pays étranger où l’on ne sait pas comment réagir dans une telle situation. En demandant à des amis indiens sa réponse était claire : “Faites ce que toute femme indienne ferait ; criez-lui dessus en public, faites un scandale. Qu’il ait honte, il ne le fera plus jamais.”

“Enlève ma main de mon épaule maintenant…”

La coutume indienne

Je dois aussi avouer que j’ai eu du mal à accepter et à comprendre une coutume indienne qui m’a causé plus d’un moment d’inconfort et de mauvaise humeur : les regards qui me fixaient dans le train, dans la rue, au restaurant, au cinéma et parfois même dans les auberges.

Ce qui m’a vraiment dérangé, ce n’est pas qu’ils me fixaient. Cela m’était déjà arrivé dans d’autres pays asiatiques, en particulier en Chine. Ce qui me mettait mal à l’aise, c’est que lorsque je regardais en arrière, je n’avais pas le sourire comme réponse. Le regard indien, c’est deux yeux énormes, sombres, sérieux et sans vergogne qui te pénètrent. C’est tellement troublant que vous finissez par vouloir leur demander si vous avez des singes sur le visage, et vous évitez même de sourire s’ils ne croient pas à ce que cela n’est pas.

Même pour vous offrir une fleur, ils vous donnent un regard indéchiffrable.

En fin de compte, les promenades dans les rues de n’importe quelle ville indienne vous font comprendre que ces regards fixes n’ont rien contre vous. Quand il y a un combat dans la rue, en Espagne nous essayons d’être discrets et nous le regardons de loin, nous jetons quelques regards curieux et nous continuons avec ce qui nous appartient pour que le sang ne nous éclabousse pas. Les Indiens, par contre, ne mettent pas longtemps à former un cercle à moins d’un mètre du combat et les voyeurs y restent aussi longtemps qu’ils le souhaitent sans aucune modestie.

La même chose arrive quand la police arrête quelqu’un, quand il y a un ivrogne qui fait des histoires ou même quand il y a des femmes qui s’engueulent. La curiosité en Inde n’est pas déguisée, et un étranger voyageant seul dans un train est inévitablement curieux. Personne n’a caché son regard vers moi parce qu’il n’y avait pas de malice en eux. Ils étaient juste curieux.

Ils aiment aussi poser sur les photos, même s’ils sont avec votre appareil photo et que vous ne les connaissez pas du tout.

Et à Agra, les étrangers suscitèrent plus d’attentes que le Taj Mahal.

Quand j’avais déjà mon visa indien estampillé sur mon passeport, il m’est venu à l’esprit de demander à une amie pourquoi elle aimait l’Inde malgré quelques mauvaises situations qu’elle avait vécues là-bas. Il m’a dit que c’était difficile à expliquer, que c’était peut-être parce qu’en Inde on pouvait voir le plus terrible mais aussi le plus beau. Vous pourriez couler, vous mettre en colère et devenir triste à cause d’une situation que vous veniez de vivre et, quelques minutes plus tard, devenir émotif avec une scène émouvante.

Après avoir voyagé six mois dans ce pays, il me semble qu’il n’y a pas de meilleure façon d’expliquer pourquoi l’Inde capture. Et pour l’illustrer, rien de mieux que deux expériences personnelles de mon voyage :

Pendant une nuit interminable dans une gare routière du Pendjab, après avoir été escroqué par un chauffeur de tuktuk, le chef du bureau d’information a flirté avec nous pendant que nous essayions de récupérer l’argent que nous avions payé pour un bus en panne. Nous étions épuisés, fatigués et même impatients de frapper ce garçon lourd qui sentait l’alcool.

Quelques heures plus tard, un homme nous a offert des fruits et nous a dit quel bus nous conduirait à McLeod Ganj. Et ce simple geste m’a fait me réconcilier avec l’Inde en quelques heures.

Une autre nuit, dans un train délabré, mes compagnons de compartiment (tous des hommes) ont sorti trois bouteilles de whisky qui se sont épuisées en un peu plus de trois heures. L’un d’eux a vomi le dîner par la fenêtre de la voiture. Ses compagnons ont vu mon visage “pourquoi moi, monsieur ?” et ont interprété que je me sentais mal. Ils ont profité de l’un des arrêts pour m’acheter des pommes, du thé, des bonbons indiens et des noix. Puis ils ont décidé de préparer la couchette supérieure pour que je puisse me reposer.

Il m’a dit qu’il avait rappelé à un autre touriste qui séjournait dans cette auberge depuis des années. Il m’a montré la photo et, honnêtement, je ne pense pas que nous ayons une ressemblance au-delà de la couleur des cheveux. Puis j’ai voulu prendre une photo pour ne pas oublier à quel point les matins étaient amusants dans l’intense Varanasi grâce à lui.
L’Inde est comme ça : Un de chaux et un autre de sable, parfois même mélangés, pour ne pas abandonner l’état de surprise dans lequel vous êtes arrivé. Elle vous met en colère, vous épuise et vous déçoit quelques minutes plus tard pour vous redonner cette illusion qui vous fait regretter de l’avoir maudite.

Beaucoup disent que c’est précisément ce qu’ils détestent en Inde ; qu’il n’y a pas de terrain d’entente. Au cours d’un voyage dans ce pays, les émotions vont du plus fort au plus faible, sans jamais se stabiliser. Peut-être parce que j’aime les surprises, c’est précisément ce qui m’a accroché en Inde : que je vous offre une boisson amère pour vous la faire oublier avec le meilleur de ses sucreries, vous laissant avec l’inconnu de ce qui va suivre, avec quel nouveau personnage et quelle scène va vous surprendre encore.

Des articles et conseils