Tibet, Hong Kong à découvrir en voyage

Tibet, Hong Kong à découvrir en voyage

août 11, 2018 Non Par Aika

La province autonome du Tibet est presque cachée dans la chaîne de montagnes de l’Himalaya. Entourée de pics, la plaine s’élève entre 4 000 et 5 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Au VIIe siècle, le Tibet s’est consolidé en tant qu’empire après avoir unifié les différents fiefs de la région. En même temps, le peuple tibétain est entré en contact avec le bouddhisme. Après la dissolution de l’empire, le Tibet est passé sous le pouvoir des Mongols, et finalement, en 1702, les Chinois l’ont transformé en un état vassal.

Tous savori du Tibet

Le pouvoir chinois n’était pas très fort jusqu’en 1950, lorsque le régime communiste de Mao Tse Tung a occupé le pays. La représentation diplomatique a été assurée par la Chine, mais le gouvernement tibétain et le Dalaï Lama, le chef religieux spirituel du peuple tibétain, ont été conservés. Cet accord n’a duré que jusqu’en 1959, date à laquelle le Dalaï Lama a finalement décidé de se réfugier dans le pays voisin de l’Inde.

Ce lieu énigmatique intrigue l’Occident depuis de nombreuses années. Ce n’est qu’en 1904 qu’un Occidental, un soldat anglais, parvient à atteindre la capitale, Lhassa. C’était la première fois que l’isolement historique du pays avait été brisé. Le mystère du Tibet est différent de celui d’autres endroits. Non seulement il réside dans l’existence de sites imaginaires comme le Shangri-La, mais son peuple lui-même est énigmatique. Près d’un quart de la population masculine se consacre à la vie monastique. Leur religion est le lamaïsme, une forme de bouddhisme.

Selon cette religion, le Dalaï Lama (le Bouddha vivant) ne meurt jamais, ou plutôt, son esprit ne meurt jamais, et il se réincarne dans le corps de certains enfants tibétains. Sept sages sont chargés de trouver ce petit Bouddha, qui sera le prochain Dalaï Lama. La profondeur de leur vie religieuse signifie qu’au sommet de ces montagnes se trouvent de nombreux temples, où l’on voit des moines prier et accomplir tous les rituels traditionnels.

Se rendre au Tibet n’est pas facile. Vous pouvez atteindre l’aéroport de Gonggar, à 90 km de Lhassa, par avion, mais il n’y a pas de vols de partout et pas très souvent. Par la route, c’est possible, mais il est conseillé de louer un camion 4×4 car les routes ne sont pas en très bon état. L’auto-stop n’est pas recommandé par l’Etat chinois. Ce que les moines font pour assurer un voyage sûr est de prier, tout comme vous le ferez quand vous verrez l’état des routes. Le Tibet n’a ouvert ses portes au tourisme étranger qu’en 1984, les a fermés (à l’exception des groupes de touristes) en 1987 pour les soulèvements des Tibétains à Lhassa, et les a finalement rouverts en 1992. Le seul inconvénient est que l’État chinois impose des exigences plutôt ridicules. Une autre façon pour l’État chinois d’éloigner les touristes est de faire payer des prix élevés, mais pas au point d’effrayer tout le monde.

Lhassa

C’est le cœur et l’âme du Tibet. Cette ville pleine de merveilles est aussi un objet de pèlerinage pour les dévots. Le Potala, imposante forteresse blanche et ocre, domine la ville de Lhassa. Ce bâtiment était autrefois le siège du gouvernement tibétain et le site des corps des 13 anciens Dalaï-Lama.

Aujourd’hui, le temple de Jokhang, à 2 km à l’est, est le centre spirituel de Lhassa. Chaque visiteur sera irrésistiblement attiré par les artistes de rue, par les stalles qu’ils offrent, des dalles de prière aux bijoux encastrés dans des crânes, et par la vue des dévots se cognant la tête sur le sol à chaque pas qu’ils font.

Shigatse

A environ 250 km au sud-ouest de Lhassa, elle abrite le Panchen Lama, deuxième après le Dalaï Lama. On y trouve aussi le Mont Kailash, une belle chaîne de montagnes de hauts sommets.

Get Your Guide

La région de l’Everest

Le plus haut sommet du monde du côté tibétain s’appelle Qoomolangma (8 848 m) et offre de meilleures vues que le côté du Népal. La zone a été proclamée Réserve naturelle de Qoomolangma dans l’espoir de préserver l’environnement et la culture traditionnelle du peuple. Le camping Everest est l’un des sentiers de trekking les plus populaires au Tibet, mais ne vous attendez pas à rencontrer une foule d’aventuriers. Sachez que les moyens de s’y rendre ne se limitent pas à 3 ou 4 jours de marche. Prenez le temps de vous acclimater à l’altitude et de vous préparer à des montées très raides. Si c’est trop pour vous, vous pouvez faire une partie du chemin en louant un 4×4.

Gyantse

A environ 200 km de Lhassa, cette petite ville est l’une des moins influencées par la Chine, et pour cette seule raison, elle vaut la peine d’être visitée. Les traditions ont presque toutes été conservées intactes. Le monastère de Palkhor a été construit en 1427 ; le Kumbun, qui contient 10 000 images, est un incontournable. Un vieux fort, le Dzong, a des tours qui offrent une vue incroyable sur la vallée.

Sakya

C’est un monastère qui a su être le plus puissant de tout le Tibet il y a 700 ans. Il contient la plus belle collection de reliques religieuses du Tibet, mais les moines ne vous en laisseront voir que quelques-unes. S’y rendre n’est pas facile, il vaut mieux ne pas avoir le bus qui part de Shigatse, et continuer la route vers le Népal.

Tout un itinéraire touristique de mysticisme et d’altitude ne peut être trouvé qu’au Tibet, un voyage de culture et de paix intérieure.

Des articles et conseils