Selon un sondage réalisé par Ipsos, plus de 69% des Français partent en vacances chaque été pour une durée moyenne de deux semaines. Pour 56% d’entre eux, la destination plébiscitée reste… l’Hexagone ! Mais les Français sont de plus en plus nombreux à « oser » les contrées exotiques, malgré un contexte socio-économique plutôt tendu.

Découvrez les 4 pays les plus fermés au monde

Ces envies d’ailleurs étaient satisfaites par les destinations françaises d’outre-mer comme les Antilles, la Réunion et la Polynésie. Aujourd’hui, les Français braquent les projecteurs sur la République Dominicaine, l’Île Maurice mais aussi les valeurs sûres asiatiques comme la Thaïlande, l’Indonésie, la Chine, le Vietnam et les Philippines. Mais c’est un article un peu particulier que nous vous proposons aujourd’hui… avec le top 4 des pays asiatiques les plus difficiles d’accès pour les Français !

Le Bhoutan : un petit royaume qui se mérite !

Pour se rendre au Bhoutan, il faut faire preuve d’un sacré courage doublé d’une bonne dose de volonté… et justifier d’un compte bancaire plutôt fourni puisque ce petit royaume retiré de l’Himalaya impose une taxe de 200 à 300 dollars par jour ! Quand on sait que le rêve américain est accessible aux Français moyennant 14 $ (en une fois) pour la demande ESTA, on se dit que le dépaysement et l’authenticité de la paysannerie bhoutanaise se méritent ! Ce pays d’Asie du Sud sans accès à la mer est enclavé entre l’Inde et la Chine, ce qui en fait un creuset culturel et historique un peu particulier. Le pays mène une politique intérieure inédite, basée sur ce que les autorités locales appellent le « Bonheur National Brut ». Au Bhoutan, ce n’est pas vraiment l’accès qui pose problème… c’est plutôt ce qui se passe après le passage de la frontière. Car en plus de la taxe, vous êtes de tenu de vous faire accompagner 24 heures sur 24 par un guide « officiel »… un peu comme en Corée du Nord.

Le Turkménistan : un guide officiel blanchi, nourri et logé… à vos frais

Le Turkménistan fait partie de la longue liste des pays qui exigent que les touristes étrangers soient munis d’une invitation officielle de la part d’un hôtel ou d’un hébergeur agréé par l’Etat. Mais ce n’est pas tout : vous êtes là aussi obligé de « subir » un guide officiel pendant la totalité de la durée de votre séjour… guide que vous devez vous-même rémunérer à hauteur de 30 dollars de la journée sans compter les frais de son hébergement, de ses repas, etc. Alors selon certains retours d’expérience, les touristes français sont parfois autorisés à déambuler dans certains endroits sans leur guide, mais cela relève plutôt de l’exception que de la règle.

 Le Pakistan veut parler à votre supérieur

…littéralement ! En plus de la paperasse monstrueuse et des formalités interminables que vous devez réaliser avant de décrocher le précieux sésame, le Pakistan rajoute une couche en exigeant des justificatifs à votre employeur. On vous demandera par exemple des papiers attestant que vous avez bien obtenu un congé qui correspond à la durée de votre séjour au Pakistan, vos derniers bulletins de paie pour prouver votre solvabilité et peut-être un relevé bancaire pour appuyer votre dossier… même pour un court séjour touristique !

La Corée du Nord : un circuit ultra-balisé dans le pas le plus fermé de la planète

Un voyage touristique en Corée du Nord… et pourquoi pas ? Tordons le cou à une idée reçue : contrairement à ce que 98% des touristes peuvent penser, la Corée du Nord n’est pas le pays dont le visa est le plus compliqué à décrocher. Alors oui, on vous posera des questions… énormément de questions, mais la suite des événements se déroule sur des délais plutôt raisonnables, sauf pour les journalistes qui sont tout indésirables, pour dire le moins. En revanche, la liberté de mouvement sur place est quasiment nulle, puisqu’une véritable armada de guides touristiques officiels opposera un véto menaçant à toute envie d’improvisation.

Nos conseils et astuces