Je ne suis pas sûr qu’il soit approprié de publier cet article juste après avoir commencé à proposer des visites à Bangkok, car ce musée peut blesser certaines sensibilités, mais aujourd’hui je l’ai visité et j’ai beaucoup halluciné… Quelle folie !

Le Musée des horreurs de Bangkok

Le Musée correctionnel est situé dans un parc qui a ouvert ses portes en 1999 et qui abritait autrefois une prison à sécurité maximale. Aujourd’hui, dans le parc Romaninat (suan kook kao en thaïlandais), il y a encore une partie du mur et certaines des tours de l’ancienne prison construite en 1890 par le roi Chulalongkorn, la plus importante en Thaïlande.

Eh bien, profitant du fait que le parc avait été une prison, a décidé de créer le Musée correctionnel où l’on peut voir les différentes méthodes de torture utilisées dans l’antiquité et une évolution de l’exécution de la peine de mort en Thaïlande. Une promenade très agréable, allez….

La peine de mort en Thaïlande est toujours en vigueur bien qu’au cours des dix dernières années, je pense qu’elle n’ait été appliquée que trois fois, la dernière fois en 2009.

L’un des bâtiments de l’ancienne prison qui sont conservés est rempli de cellules qui servent maintenant à montrer certaines des méthodes de torture qui ont été établies dans l’ancien royaume d’Ayutthaya et qui étaient légales jusqu’en 1902.

Tu te souviens du Takraw ? Dans cette boule géante de Takraw a été mis le prisonnier et un ELEPHANT le chutaba. Notez qu’il y a des clous à l’intérieur de la boule.

Ci-dessous vous avez une folie d’images représentant diverses méthodes de torture et d’exécution utilisées avec les criminels dans le Royaume d’Ayutthaya (1350-1767).

Je suppose que pour rendre les choses plus réalistes, près des images, nous trouvons un squelette qui semble être réel, comme il est dit dans la note de la photo qu’il a été donné par un oncle Tow pour rappeler aux gens qu’ils sont morts.

Si après les images et le squelette vous n’avez pas fui le musée et décidez de monter au deuxième étage, vous trouverez trois salles qui expliquent les trois types d’exécutions qui ont eu lieu dans le pays.

Le premier type d’exécution, et il semble qu’il ait été utilisé jusqu’à la fin du XIXe siècle, consistait à couper la tête de l’accusé et à le suspendre au moyen d’un bâton :

Le deuxième type, plus courant, était basé sur quelques prises de vue à travers un tissu :

Et la troisième et dernière méthode d’exécution est la méthode actuelle, une injection mortelle. Comme je l’ai dit plus tôt, la peine de mort en Thaïlande est toujours légale et a été appliquée pour la dernière fois en 2009.

En savoir plus sur la peine de mort et son insignifiance à Amnesty International. Je vous laisse également un article intéressant qui parle des possibilités d’abolition de la peine de mort en Thaïlande.

Des articles et conseils