Oui, il y a encore des îles inconnues en Thaïlande et Koh Phayam en fait partie. Quand mon ami Juan – un homme de Madrid qui est en Thaïlande depuis plusieurs années et qui se consacre au tourisme – m’a dit qu’il allait à Koh Phayam, il m’a été difficile de le trouver sur la carte. Koh Phayam est une petite île près de Ranong et de la Birmanie, dans une région qui n’entre pas du tout dans les itinéraires des grands voyagistes et n’est généralement pas visité par de nombreux routards, qui préfèrent d’autres plus célèbres comme Koh Tao. J’ai demandé à Juan de nous raconter son expérience sur cette île et voici son histoire :

Encore un long week-end à Bangkok et encore une fois nous sommes furieux parce que nous ne trouvons pas d’hôtel à Samed qui n’est pas complet ou dont le prix n’est pas fixé… Comment peut-on vivre à Bangkok, travailler dans une agence de voyage et tous les ponts sont les mêmes ?……

Un ami nous dit qu’il va à Ranong et nous commençons à enquêter puisque nous ne sommes jamais allés dans cette région. Après quelques jours de lecture et de questions, nous avons décidé que Samed pouvait attendre et nous avons organisé le voyage vers l’île (relativement) inconnue de Koh Phayam.

Le voyage de Bangkok à Koh Phayam

Nous sommes partis un jeudi soir de la gare routière sud de Bangkok (Sai Tai). Comme c’est du côté de Thonburi, où je travaille, je pars directement du bureau. La gare, comme vous le savez peut-être, est assez éloignée et, la veille du pont, la circulation est lente, mais nous sommes arrivés avec le temps pour faire du shopping de dernière minute à l’une des 7-11 de la gare.

On prend un bus VIP. Les nôtres, nous avons eu de la chance, n’ont que trois sièges par rangée donc ils sont vraiment confortables et s’allongent beaucoup sans déranger les autres passagers. Le trajet de près de 9 heures n’est pas mauvais bien que l’arrêt de 20 minutes à plusieurs heures du matin dans une aire de repos de route… On imagine que c’est obligé par la loi.

Nous arrivons au port de Ranong avant le lever du soleil et nous devons attendre jusqu’à neuf heures quand les ferries et les hors-bord commencent à partir. Nous y comptions donc nous nous entendions bien.

Finalement, à 11h30 du matin, un peu plus de quinze heures après avoir éteint l’ordinateur, nous sommes arrivés à Koh Phayam.

Il suffit de quelques minutes pour monter à bord de la moto taxi qui nous emmène à l’hôtel pour réaliser que le voyage en valait la peine.

Nous avons un hôtel à Buffalo Bay. Très joli, avec une grande salle blanche à quelques mètres d’une plage que nous aimons mettre dans les catalogues des agences et n’avons pas besoin de Photoshop. Le personnel sympathique et l’hôtel phénoménal mais un peu cher sur une île qui, comme nous l’avions déjà lu, n’est pas bon marché.

Nous avons passé les jours suivants à profiter de l’île. La meilleure activité est de ne rien faire. Nous nous sommes limités à nous baigner, marcher, boire quelques bières et bien manger dans le restaurant de l’hôtel qui est probablement celui avec le menu le plus complet de Koh Phayam… Ah ! et dormir 11 heures……

Comment se déplacer

L’île est petite et la meilleure façon de se déplacer (vraiment la seule sur de longues distances) est en moto. Certains hôtels ont des poussettes pour prendre les clients au port, mais peu plus. L’alternative est de faire du vélo ou de louer un vélo.

Sur les motos, comme toujours : ne laissez pas votre passeport (si vous êtes lourd, acceptez un dépôt en espèces ou laissez une carte de crédit) et conduisez très prudemment. L’île est bien pavée et en général les gens ne font pas trop de folie. Si vous ne savez pas ou ne voulez pas conduire, vous pouvez prendre des motos-taxis.

Que faire à Koh Phayam ?

Et quoi faire…. Bien sûr, se détendre et se reposer est une excellente activité, mais pour ceux qui ne font rien, il y a des excursions de snorkeling et de plongée et il y a quelques centres de plongée qui offrent des forfaits intéressants aux îles Surin et au célèbre “Roca de Richelieu”. (considéré comme l’un des meilleurs sites de plongée au monde). Pol a déjà parlé de ce rocher dans son article sur la plongée dans les îles Similan.

Ne cessez pas de chercher les arbres qui donnent les noix de cajou, qui sont aussi typiques de l’île. Honnêtement, je n’aurais jamais imaginé qu’un anacardier serait comme ça avant de finir dans le khai pad med mamuang… Et bien sûr, vous ne pouvez pas partir sans voir au moins une paire de calaos (quelques oiseaux de la région très semblables aux toucans), si vous marchez au coucher du soleil dans des endroits peu fréquentés vous les verrez !

Vous pouvez sortir le soir (beaucoup de reggae, un bar avec de la musique live et des soirées de pleine lune) mais tranquillement selon les standards des îles thaïlandaises.

Et il était temps de partir mais avec une petite surprise le dernier jour… Comme nous avions le temps d’attendre à Ranong (nous sommes rentrés à midi de Phayam et le bus pour Bangkok n’est parti qu’à 20h)…. Nous sommes allés à BIRMANIA !

Il est possible de traverser en 30 minutes en bateau jusqu’à Kawthaung, le point le plus au sud du Myanmar* (anciennement Victoria Point, en l’honneur de la reine Victoria). D’après ce que nous avons vu lorsque nous avons passé l’immigration, il est courant pour les farangs (étrangers) de Phuket de venir ici pour faire la course au visa (extension de visa).

*La chose la plus probable est que même en prenant le visa touristique de la Birmanie ils ne vous laisseront pas continuer par terre et vous pourrez entrer dans le pays seulement quelques heures. Plus d’infos sur les frontières de l’Asie du Sud-Est.

La ville vaut quelques heures et vous pouvez voir quelques temples, un marché (fermé le dimanche), de belles vues de Victoria Point et acheter de l’alcool et des cigarettes bon marché.

Mais ce qui paie vraiment, c’est le contraste. Si vous connaissez la Birmanie, vous savez déjà qu’à votre arrivée, vous semblez avoir remonté le temps. Vêtements, voitures, boutiques, bétel reste à l’étage, femmes et enfants avec des dessins tanaka sur le visage et même des téléphones portables (avec antenne extensible) font la différence avec la Thaïlande.

Pour une visite de quelques heures, nous avons eu un visage (le guide/l’assistant d’immigration/beau-frère du chauffeur/ami du batelier nous a donné une plongée considérable) mais c’était une façon originale de finir le voyage et ça valait le coup !

Et de retour à Bangkok dans le même bus avec juste assez de temps pour dormir une heure à la maison avant d’aller au bureau….