Je suis arrivé à Hoi An à 6 heures du matin, alors que le déluge universel ne faisait que commencer. Je n’avais rien réservé, comme d’habitude, et je ne savais même pas où j’étais. Je n’avais pas envie de chercher une auberge sous la pluie, alors j’ai accepté la meilleure offre qui m’a été faite quand j’ai mis les pieds à Hoi An : une chambre à 7 $ (Ai, comme les prix cambodgiens me manquent) avec petit déjeuner (buffet) compris.

Comment c’est dérouler mon aventure

J’ai attendu que la pluie s’arrête pendant que j’en avais assez des crêpes, des tortillas, des fruits, des salades et des céréales à l’hôtel. J’ai attendu que la pluie se lâche pendant que je me moquais des touristes qui, avec un imperméable, se jetaient dans le vent. J’ai entendu dire que la pluie resterait à Hoi An pendant une semaine, j’ai pris mon imperméable rose (non, il n’y a pas de photos) et je me suis jeté dans la rue à la recherche d’un billet pour Ninh Binh le jour suivant.

Il était arrivé il y a quelques heures mais Hoi An et moi ne nous connaissions toujours pas. Leurs ruelles m’ont attrapée et je me fichais que mon pantalon ne rentre pas une goutte d’eau de plus. J’ai traversé Hoi An sans carte ni caméra, donc je vais devoir faire un effort pour vous décrire cette ville.

Si vous avez été à Port Aventura, il vous sera facile d’imaginer Hoi An quand je vous dirai que ce serait le cadre parfait pour le Vietnam. Si vous n’êtes pas encore allé à Port Aventura, vous pouvez vous faire une idée du centre historique de Hoi An en imaginant une pile de maisons jaunes aux toits moisis séparées par de petits calluejelas. Imaginez aussi les boutiques de souvenirs et les restaurants et, en arrière-plan, un fil musical : toute musique qui sonne comme l’Extrême-Orient. C’est Hoi An, et bien que je me sois souvent plaint dans ce blog de la personnalité, pour moi, insupportable des villes extrêmement touristiques, je dois avouer que, malgré la pluie, le vent, les boutiques de souvenirs, les restaurants, les groupes touristiques, les tickets pour entrer dans les temples… J’ai trouvé Hoi An charmant.

J’aimais m’imaginer faire partie d’un film d’époque en parcourant ses rues. J’aimais aussi rencontrer Hoi An la nuit, décorée de lanternes colorées. Et j’aimais encore plus le parcourir sans cartes et sans appareil photo, sans penser à la façon de le photographier. J’aimais ne pas avoir vu d’images de la ville avant d’y arriver, avoir une surprise en sortant de l’hôtel avec un simple imperméable et ne pas vouloir revenir même si des seaux d’eau tombaient du ciel.

C’est dommage qu’on se soit rencontrés dans ces circonstances. J’en suis venu à douter de ma décision de partir le lendemain, mais le temps ne semblait pas s’améliorer, surtout quand je me suis réveillé le lendemain et que j’ai trouvé la rue comme ça :

  • rue de l’hôtel à hoi an flooded
  • Comme le dit le panneau, on a fait une piscine.
  • rue de l’hôtel à hoi an flooded
  • Certains locaux sont devenus nerveux et ont fait des choses étranges.
  • rue de l’hôtel à hoi an flooded
  • D’autres se sont calmés.
  • rue de l’hôtel à hoi an flooded
  • Certains touristes avaient peur de se mouiller. D’autres s’en moquaient.
  • rue de l’hôtel à hoi an flooded
  • Certains ont pris les mesures de sécurité minimales.
  • rue de l’hôtel à hoi an flooded
  • Malgré les pluies, les traditions sont restées intactes : les ordures, à la rue.
  • Ici vous pouvez voir comment l’eau a envahi la réception de l’hôtel.
  • En raison des inondations, les bus se rendant dans le sud du Vietnam ont été annulés. J’allais vers le nord, mais mon hôtel était au milieu de la zone inondée et le bus ne pouvait pas venir me chercher. Pour sortir de Hoi An, j’ai dû remettre mon imperméable rose, porter mon sac à dos et réussir à rétrécir mon pantalon sur mes cuisses (non, il n’y a pas de photos de ça non plus). Après avoir marché environ 15 minutes dans la rue inondée, me perdant et demandant l’adresse des habitants qui me regardaient d’un drôle d’air de chez eux, je suis arrivé à la gare routière.

Ninh Binh

Maintenant je suis à Ninh Binh, dans un dortoir à 3 $ la nuit et je n’ai vu aucune goutte de pluie. Dans cette ville, il n’y a pas de boutiques de souvenirs, pas de lanternes, pas de musique dans les rues ; mais il y a des enfants qui saluent sur le chemin de l’école et des agences de tourisme qui n’ont pas encore appris à tromper les touristes : un garçon, après lui avoir dit que son billet pour Cat Ba me semblait cher (400 000 dongs), me recommande de prendre le bus public, “c’est seulement 90 000”. C’est la première fois dans tout le voyage qu’une agence de tourisme m’explique comment arriver sur les sites en tant que local. Évidemment, je suis sans voix, tout comme on dit que je resterai demain, quand je loue un vélo et que je fais le tour de Ninh Binh.

You may also like