Comme tous les pays, le Myanmar a son propre ensemble de traditions culturelles et d’idiosyncrasies uniques. Certains d’entre eux sont fascinants ; certains exigent de la sensibilité ; d’autres exigent du visiteur qu’il s’adapte. Mais surtout, ils se combinent pour former une nation aussi chaleureuse et accueillante que n’importe quelle autre dans le monde : les habitants de la région sont presque toujours prêts à aider et à se faire des amis.

LE BOUDDHISME ET LA COURTOISIE RELIGIEUSE

Le bouddhisme est au cœur de la culture du Myanmar et imprègne la vie privée et publique. La plupart des jeunes passent du temps dans l’éducation monastique, et les moines et les nonnes tiennent une place vénérée dans la société : ils ne devraient pas être touchés ; ils sont toujours assis au plus haut endroit disponible (par exemple à une table ou dans un bus – ce qui signifie souvent sur le toit) ; et ils détiennent des privilèges tels que la liberté de voyager en première classe dans les transports publics, parfois avec leurs propres places réservées.

Dans certaines parties du Myanmar, en particulier dans les zones frontalières montagneuses telles que les États Chin, Kachin et Karen, la croyance chrétienne est profondément ancrée – et souvent mélangée à d’anciennes traditions animistes (comme dans le reste du Myanmar).

Autres points de courtoisie religieuse :

Le dévoilement des vêtements est parfois mal vu, bien qu’il soit de plus en plus fréquent chez les femmes du Myanmar. Mais sur les sites religieux, les jambes et les épaules devraient toujours être couvertes.
Les chaussures et les chaussettes doivent être enlevées avant d’entrer dans un sanctuaire, une pagode ou un monastère. Il est également d’usage de se déchausser avant d’entrer dans les résidences privées et de nombreux bureaux.
La tête et les pieds sont importants dans la culture du Myanmar, en tant que points les plus hauts et les plus bas du corps. Personne, y compris les enfants, ne doit être touché à la tête. Les pieds ne doivent jamais être posés sur des tables ou utilisés pour toucher ou pointer.
Autres erreurs sociales à éviter :
En général, les femmes du Myanmar ne devraient pas être touchées par les hommes. Si une femme souhaite serrer la main, elle offre sa main en premier.
Les couples devraient éviter les manifestations publiques d’affection.

LES HEURES DE VIE, DE TRAVAIL ET D’AFFAIRES

Le temps passé au Myanmar, en particulier à l’extérieur des villes, peut voir des matins et des nuits plus tôt que ce à quoi la plupart des occidentaux sont habitués. Les trains et les bus sont souvent programmés dès 5 heures du matin, parfois à l’heure unique de départ. Et en raison de la pauvreté et de l’isolement récents, ainsi que des coupures régulières, la vie nocturne en tant que concept n’en est qu’à ses débuts au Myanmar – bien que les grandes villes, en particulier Yangon, aient un nombre croissant de bars ouverts jusqu’à tard dans la nuit. Pour plus d’informations sur les sorties, rendez-vous dans les bars, les bars et la vie nocturne.

Get Your Guide

Vous pouvez entendre des chants religieux pendant la nuit – cela peut être beau, mais cela peut aussi prendre un peu de temps pour s’y habituer ! Et au petit matin, on peut souvent entendre des chansons et des chants de l’école dès 6 heures du matin.

Les heures d’ouverture peuvent varier, mais en général, ce qui suit s’applique :

magasins du lundi au samedi de 9h30 à 18h ou plus tard ; certains magasins ouvrent le dimanche.
restaurants toute la semaine de 8h à 21h
cafés internet toute la semaine de 9h à 22h.
banques du lundi au vendredi de 9h00 à 16h00
bureaux de poste et autres bureaux gouvernementaux, du lundi au vendredi de 9h30 à 16h30. Pour les services postaux, allez à d’autres informations utiles.
heures d’ouverture des bureaux du lundi au vendredi de 9 h à 17 h 30 ; certains bureaux sont ouverts le samedi.

Get Your Guide

Lorsque vous préparez un voyage au Myanmar et que vous voyagez dans le pays, il est important de garder à l’esprit le manque de développement. C’est une économie pauvre, presque entièrement basée sur l’argent liquide avec peu de banques officielles ; une grande partie de la population n’a pas d’accès direct au réseau électrique national (qui se ferme fréquemment) ; et seul un petit pourcentage de la population a accès à Internet ou à une ligne téléphonique fixe, bien que ces chiffres s’améliorent. Pour plus d’informations, consultez les rubriques devises, taux de change et banques, électricité et pénuries, téléphone et internet.

Comme c’est le cas dans de nombreuses régions de l’Asie du Sud-Est, la négociation et le marchandage des prix font partie intégrante de la culture du Myanmar – bien que vous puissiez constater que certains vendeurs s’en tiendront à leurs fusils pour des prix ridicules. Pour obtenir des conseils sur les pourboires et les contributions, consultez la section Établissement de votre budget.

Rythme de vie et idiosyncrasies

Le manque de développement signifie également que la vie au Myanmar se déroule à un rythme très différent de celui de la plupart des pays développés ; les gens sont généralement beaucoup moins pressés et sont plus susceptibles de s’arrêter pour aider. Cela signifie aussi que vous devrez peut-être attendre plus longtemps avant d’être servi – les signes d’impatience ne seront pas bien pris.

Comme dans de nombreuses régions d’Asie, sauver la face est très important pour la population du Myanmar. Cela signifie que les voix élevées ou l’agressivité ne sont pas bien prises. Cela signifie aussi que si vous posez une question à quelqu’un (par exemple, les instructions ou le prix d’un article), il vous donnera souvent une réponse – même s’il n’en a aucune idée. Cela découle d’un désir d’être utile, mais il est important de garder à l’esprit.

Pour les yeux occidentaux, l’une des caractéristiques les moins attrayantes du Myanmar est peut-être la mastication de bétel. Cet intoxicant doux est utilisé par de nombreux mâles au Myanmar, ce qui entraîne une rougeur et une pourriture des dents et beaucoup de crachats, ce qui se traduit par la présence fréquente de taches rouges dans les rues du Myanmar.

D’autres types de comportement idiosyncratique peuvent parfois se manifester, ce qui peut simplement être attribué à l’histoire récente de l’isolement du Myanmar et au manque correspondant de connaissance du monde extérieur. Si ce comportement semble offensant aux yeux de l’Occident, il est rarement, voire jamais, censé l’être. Par exemple, les vestes et les t-shirts avec des croix gammées nazies (et non l’ancien symbole) sont populaires parmi les jeunes hommes.

Parler de politique

Alors que le Myanmar connaît une réforme radicale, il est de plus en plus facile de parler ouvertement de politique. Les habitants de la région agitent joyeusement des drapeaux pour Aung San Suu Kyi et son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, où, jusqu’à récemment, ils auraient pu se retrouver en prison. Il reste des domaines sensibles pour la conversation, tels que les conflits interethniques et religieux, mais en général peu de sujets sont tabous. La violence entre bouddhistes et musulmans minoritaires signifie que vous pourriez bien rencontrer des sentiments anti-musulmans – bien qu’au quotidien, en particulier dans les grandes villes, les groupes tendent à coexister pacifiquement.

Pour en savoir plus sur le Myanmar, sa politique et son histoire, allez sur Myanmar.

Bien que le Myanmar soit un pays socialement conservateur et que l’homosexualité soit encore techniquement illégale, la communauté LGBT se profile de plus en plus et il est peu probable que des problèmes surviennent – bien que, bien sûr, dans les régions plus éloignées du pays, les attitudes puissent différer et les signes manifestes d’affection peuvent être désapprouvés.

Yangon a un nombre croissant de bars accueillants pour les homosexuels et une soirée LGBT semi-régulière appelée FAB qui apparaît dans les lieux de la ville ; consultez les listes locales pour connaître les derniers événements.

Des articles et conseils