Angkor Vat, le plus grand monument religieux jamais construit, symbole du Cambodge et en son temps, symbole de l’empire khmer et le plus célèbre des temples d’Angkor, est l’un de ces lieux à visiter au moins une fois dans une vie. On pense qu’Angkor Vat représente le Mont Meru, le centre du monde dans la cosmologie hindoue, avec les cinq tours sanctuaires du temple représentant les sommets sacrés des montagnes, tandis que les douves représentent l’océan entourant le Mont Meru.

Angkor Vat se trouve à un peu plus d’un mille de la porte sud de la ville d’Angkor Thom et est entouré d’un fossé de 190 m de large sur 1,5 km de long et 1,3 km de large. L’entrée principale se trouve à l’extrémité ouest par un pont de 12m de large x 190m de long, où des lions et des serpents naga gardent le temple.

Angkor Vat, un peu d’histoire

Lorsqu’il a été construit, il avait une valeur et une signification particulières qui combinaient le pouvoir spirituel avec le pouvoir temporel de son créateur. L’empire angkorien, établi au début du IXe siècle, est bien connu pour les temples ou monuments sacrés qui glorifiaient leurs rois. Les structures les plus impressionnantes d’Angkor ont été construites comme des manifestations physiques de la condition semi-divine de ses créateurs et pour démontrer sa puissance à ses sujets et à ses ennemis. Construits en l’honneur d’un dieu hindou particulier, habituellement Shiva ou Vishnu, les temples associaient la puissance divine de leur divinité à la personne qui l’avait construit. Dans l’univers hiérarchique dans lequel ces états se sont élevés et sont tombés, les rois occupaient une position quelque part entre les dieux et les humains. Sa force était une indication de sa divinité et sa divinité un aspect de son pouvoir. Angkor Vat est une représentation symbolique de l’univers cosmique. Au centre de cet univers se trouvait (supposément) un monument à Vishnú, l’avatar du dieu-roi qui l’a construit.

L’empire angkorien a atteint son apogée à la fin du XIIe siècle sous Jayavarman VII (r.1181-1218) qui a construit la grande ville d’Angkor Thom et le spectaculaire temple du Bayon. Au plus fort de sa puissance, l’empire d’Angkor s’étendait au nord-est de la Thaïlande à travers tout le delta du Mékong jusqu’à ce qui est maintenant le sud du Vietnam. Mais la force de l’empire commença à décliner avec la mort de Javavarman VII. Au cours du siècle suivant, les rois successifs furent forcés de se retirer du royaume en expansion d’Ayuthaya. Au début du XVe siècle, le roi Khmer quitta Angkor, déplaçant sa capitale vers le sud pour éviter les attaques. Les temples, autrefois puissants, ont été pillés et pillés par les Siamois. Pendant ce temps, le bouddhisme theravada avait été introduit par la partie continentale de l’Asie du Sud-Est et s’était répandu dans les populations des basses terres. L’importance de représenter le pouvoir du roi à travers l’architecture monumentale a disparu. Angkor Vat, construit à l’origine comme un temple hindou, est devenu un espace sacré bouddhiste et est resté un lieu de pèlerinage religieux actif, mais la jungle s’est développée sur de nombreuses autres structures. Les ruines restaient spirituellement puissantes, mais avaient perdu leur signification politique.

La découverte d’Angkor

Lors d’une expédition dans les jungles du nord-ouest du Cambodge à la fin des années 1850, Henri Mouhot, géographe et naturaliste français, a découvert les temples d’Angkor pour les Européens. Bien qu’elles n’aient jamais été “perdues” par les Cambodgiens, qui étaient devenus partie intégrante d’une conscience collective mythique-historique (Thompson 1997), les revues de Mouhot, avec leurs descriptions lyriques et leurs dessins, ont suscité une imagination européenne romantique du XIXe siècle. Ici, apparemment, c’était une authentique “civilisation perdue”, hallucinant dans son étrange magnificence. Au début des années 1860, les Français, déjà établis à Annam et à Cochin en Chine, avaient développé un intérêt stratégique pour le Cambodge et le Laos comme route le long du Mékong vers la Chine.

Angkor wat

Quand on arrive à Angkor Vat, le plus impressionnant est l’architecture du monument, avec ses murs, ses colonnes et ses pavillons qui conservent une symétrie exquise et une infinité d’ornements qui lui donnent ce détail qui le distingue des autres.

Les murs du temple sont pleins de bas-reliefs pleins de symbolisme, qui montrent des figures mythologiques de toutes sortes, comme les apsaras, une sorte de nymphes ou de déesses qui ornent les murs de nombreux temples. Ils la représentaient sous de belles formes féminines.

De nombreuses colonnes d’Angkor Vat sont sculptées avec des textes khmers, donnant à la colonne une facette de toile en plus de sa fonction architecturale. Dans sa partie supérieure il y a des gravures colorées qui représentent un autre type de symbolisme.

Bien qu’à l’époque des Khmers rouges les statues représentant Bouddha aient été brutalement décapitées et pillées, il existe encore des espaces avec un autel et son Bouddha où les pèlerins viennent prier et présenter leurs respects.

Bas-reliefs à Angkor Vat

Dans les plus de mille mètres carrés de la grande muraille extérieure de la galerie d’Angkor Vat, vous trouverez de nombreuses compositions qui s’harmonisent avec le bel ordre du monument : les murs sont entièrement couverts, sans espace et sans repos, avec des images très laborieuses taillées dans la surface de la pierre. Les batailles sont généralement bien représentées dans les bas-reliefs du temple, symbole du pouvoir de l’empire khmer, soulignant dans beaucoup d’entre eux la force du soldat.

Quand on se laisse emporter par les luttes et les batailles de l’époque glorieuse de l’empire, il suffit de quitter le temple et de profiter à nouveau de ses vues, et bien sûr, de l’une des plus connues, que l’on voit se refléter Angkor Wat dans un de ses bassins. Juste une carte postale….

Quel est le meilleur moment pour visiter Angkor Vat ?

Il vaut la peine de se lever tôt pour voir le lever du soleil derrière Angkor Vat, beaucoup de gens se rassemblent derrière les deux bassins d’eau où nous verrons le temple se refléter dans l’eau. Au moins quand nous sommes allés la deuxième fois, en mai, il valait mieux aller à l’étang sur la droite pour voir le soleil se lever juste derrière le temple. L’après-midi, vous pouvez aussi prendre de très bonnes photos au coucher du soleil. Mais si vous voulez éviter les foules, il est préférable de visiter à midi quand tout le monde mange.

Données pratiques d’Angkor Vat :

  • Date de construction : première moitié du XIIe siècle, par le roi Suryavarman II.
  • A l’origine hindouiste, mais maintenant bouddhiste.
  • Temps pour la vue : bien que vous puissiez voyager en quelques heures, nous vous recommandons au moins une journée pour la voir calmement, et mieux si vous la divisez en deux journées différentes (une demi-journée le matin et l’autre moitié l’après-midi du jour suivant). De cette façon, vous en profiterez mieux et vous pourrez consacrer le reste à voir d’autres temples.