10 repas à essayer au Japon

10 repas à essayer au Japon

novembre 11, 2018 Non Par Emma

Il y a beaucoup à manger au Japon au-delà des sushis, sashimi, gyozas, tempura ou teriyaki. Préparez une cuillère, un couteau et une fourchette, et une serviette pour baver !

Le pays du Soleil Levant est l’une des premières puissances gastronomiques du monde, et à juste titre. Sa cuisine variée et exquise a traversé les frontières et inspiré certains des chefs les plus renommés au monde. Soupes, nouilles, riz, poisson, poissons, plats frits et grillés… Nous vous avertissons de ne pas continuer à lire si vous avez faim car vous allez vous lécher avec ces 10 repas que vous devez essayer au Japon.

1. Takoyaki

Caractéristique d’Osaka et de la région du Kansai, ces beignets ou petites boules de la taille d’une boule de pimpón sont faits avec une pâte de farine, d’œufs et d’eau, à laquelle on ajoute des morceaux de poulpe. Pour la cuisson de cette nourriture japonaise sont utilisées des plaques de fer, semblable à un oeuf, dans lequel ils sont filés en continu avec des baguettes pour une bonne préparation. Le plat se termine en recouvrant les boulettes de sauce spéciale, de mayonnaise japonaise, de gingembre mariné et de flocons de thon séché. A Osaka, il est facile de trouver des stands takoyaki à chaque étape, et leur prix ne dépasse généralement pas 8 euros pour une douzaine.

2. Okonomiyaki

La cuisine populaire d’Hiroshima, que beaucoup considèrent comme de la ” pizza japonaise “, contient une base de farine, d’eau, d’œuf et un tubercule appelé igname, qui est ajouté râpé. Ce mélange est placé dans une grande assiette et les ingrédients que le client désire y sont ajoutés : calamars, poulpes, pieuvres, porc, pétoncles, crevettes, légumes, fromage… Toujours préparés devant le consommateur, à ce délice que l’on peut ajouter udon ou nouilles au Japon, avant d’être couronné avec sauce spéciale de okonomiyaki, mayonnaise japonaise, flocons de bonito séché et algues aonori. Pour une raison, son nom signifie “grillé à votre goût”.

3. Bentō

Où manger au Japon si vous devez prendre un shinkansen pour aller dans une autre ville ou si vous n’avez pas le temps de vous asseoir dans un restaurant ? La réponse est très simple : bentō. Fait à la main, à emporter, et presque toujours servi dans une boîte en bois ou en plastique dur, il contient généralement du riz, de la viande, du poisson ou des fruits de mer, et une garniture à base de légumes. Dans les gares il y a beaucoup de magasins qui se consacrent exclusivement à leur vente, mais il est aussi facile de les trouver dans les magasins d’alimentation. Bien que son origine remonte à la fin de la période Kamakura (1185-1333), elle est aujourd’hui l’une des images les plus typiques du pays du Soleil Levant.

Get Your Guide

4. Ramen

Les Japonais mangent du ramen au moins une fois par semaine, peu importe l’heure ou la saison. Il est bon marché, facile et rapide à servir, mais pas à préparer, et il existe même des distributeurs automatiques dans lesquels le client choisit le type de pâtes, les ingrédients, la saveur du bouillon, la quantité de sel ou d’épices. Malgré son origine chinoise, chaque région du Japon a aujourd’hui sa propre recette de cette indispensable gastronomie japonaise, quelle est votre garniture préférée ? Oeufs à la coque, tranches de porc, légumes à la coque, algues, cornichons… Difficile à décider !

5. Unagi

Bien que cela ressemble à ” Ross moment ” pour vous si vous êtes fan de Friends, unagi n’a rien à voir avec l’état d’esprit auquel ce personnage faisait référence. Ce mot fait référence à l’anguille japonaise, un ingrédient commun dans la cuisine japonaise, et une autre bouchée à manger sans faute au Japon. L’unagidon est une ration d’anguille d’eau douce servie en tranches sur une rizière, et de nombreux restaurants se spécialisent dans cette spécialité traditionnelle. Riche en vitamine A, protéines, cholestérol et graisses saturées, la meilleure qualité du pays se trouve dans le lac Hamana, Hamamatsu, préfecture de Shizuoka.

6. Veau de Kobe

L’un des piliers de la gastronomie japonaise ravira tous les amateurs de viande. Élevée selon une stricte tradition dans la préfecture de Hyōgo, elle est mondialement connue pour sa tendresse, son goût et sa texture marbrée. Les animaux sont nourris avec des aliments riches en blé, maïs, orge et avoine, auxquels on ajoute souvent de la levure de bière. Trouvez un restaurant où vous n’avez pas un chat pour un lièvre, il ya, et choisissez comment vous préférez goûter le veau de Kobe : teppanyaki (grillé), shabu shabu (immergé dans une casserole d’eau ou bouillon bouillant), sukiyaki (bouilli avec d’autres ingrédients) ou même sous forme de sashimi pour apprécier son plein goût.

Get Your Guide

7. Tori no karaage

La cuisine japonaise n’a jamais été aussi facile à comprendre et à préparer. Ce ” poulet frit ” est préalablement mariné dans de la sauce soja, de l’ail et du gingembre, puis pané dans de la farine ou de la fécule de pomme de terre et frit dans de l’huile très chaude pendant quelques minutes. Très apprécié dans tout le pays, il est typique dans les fêtes populaires comme plat principal accompagné d’une salade, bien qu’il soit aussi généralement commandé en apéritif, à emporter ou dans le cadre du bentō mentionné ci-dessus. Bien qu’il s’agisse d’une friture de style chinois, le tori no karaage est commun sur les menus des restaurants et des petits izakayas à travers le pays depuis des décennies.

8. Donburi

L’un des plats les plus typiques de la gastronomie japonaise consiste en un bol, comme son nom l’indique, qui contient du riz avec d’autres ingrédients cuits ensemble : légumes, viande ou poisson, principalement. Bien qu’il existe des douzaines de variantes, certains des donburis les plus faciles à trouver le sont :

  • Katsudon : à base de tonkatsu, porc juteux pané en tranches épaisses, avec oignon, œuf brouillé sur le dessus et différents condiments.
  • Tendon : avec des crevettes ou des crevettes en tempura et des légumes.
  • Oyakodon : avec poulet mijoté, œuf et oignon nouveau.
  • Gyūdon : avec du boeuf haché et des oignons trempés dans de la sauce sucrée, du soja et du mirin.
  • Tamagodon : avec œufs brouillés et oignons nouveaux.
  • Ikuradon : avec œufs de saumon.
  • Unidon : avec hérisson.

9. Mochi

La note douce de cet article sur ce qu’il faut manger au Japon vient de ce gâteau fait avec du mokigome, un petit grain de céréales glutineuses qui est écrasé en une pâte qui est moulée de différentes façons. Bien qu’il soit consommé tout au long de l’année, il est d’usage le soir du Nouvel An, lors d’une cérémonie appelée mochitsuki, qui consiste en trois parties : trempage et cuisson pendant la nuit, broyage au mortier traditionnel par deux personnes (l’une bat, l’autre tourne et plonge), puis façonnage, généralement en sphère ou cube, avant leur transformation en petites œuvres. Il peut être garni de différentes saveurs ou de fruits.

10. Saké

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un repas, c’est l’accompagnement idéal de tout repas japonais. Oubliez cette tradition occidentale de le boire sous forme de verre et laissez-vous séduire par ce vin qui a de plus en plus d’adeptes. Bien que dans la langue locale cela signifie ” boisson alcoolisée “, nous l’appelons la liqueur faite avec 80% d’eau et 20% de riz, pour laquelle il existe une cinquantaine de types. Il y a beaucoup d’usines et de musées à travers le pays où vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire, sa production et sa dégustation, et nous ne pouvons que vous recommander de l’inclure parmi les éléments essentiels pour un futur voyage.

Get Your Guide
Des articles et conseils