Les temples de My Son au Vietnam

Les temples de My Son au Vietnam

août 9, 2018 Non Par Aika

Parmi les nombreux sites archéologiques et patrimoniaux du Vietnam, les temples hindous de My Son occupent une place prépondérante. Si vous êtes curieux de connaître l’histoire du Vietnam, une visite de ce sanctuaire, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999, est indispensable, puisque sa fondation par la dynastie Champa remonte au 4ème siècle, avant que l’ethnie dominante Dai Viet ne conquière l’ensemble du territoire vietnamien.

A seulement 40 kilomètres de Hoi An, au milieu de la vallée de l’Hon Quap, protégée par les grandes chaînes de montagnes de Duy Xuyen dans la province de Quang Nam, se trouvent quelque 70 temples et monuments funéraires qui constituent le sanctuaire de My Son. Répartis en dix grands groupes et occupant une superficie de 142 hectares, ces grandes constructions en brique, d’inspiration hindoue indéniable, semblent avoir été installées au milieu de la jungle, comme si elles s’étaient matérialisées de nulle part : Que sont ces constructions, qui a ordonné la construction du complexe immobilier et dans quel but ? Nous vous laissons ici toutes les informations dont vous avez besoin pour mieux comprendre la portée et la pertinence de l’ensemble architectural du Sanctuaire My Son.

La capitale du royaume Champa

Les ruines qui composent My Son sont les vestiges d’une série de temples de montagne qui formaient la capitale religieuse et politique du royaume Champa. La zone où se trouve My Son était le centre névralgique du clan Dua, responsable de l’unification des clans Cham et de la création du royaume de Champapura en 192 ; l’emplacement choisi pour la construction de My Son était pour des raisons stratégiques, car la vallée où se trouve le sanctuaire était très facile à défendre contre les attaques ennemies. De plus, la présence de la source de la rivière Thu Bon, qui se jette dans la ville portuaire de Hoi An, dans la mer de Chine, très proche des monuments, a également été un facteur déterminant. La construction de My Son a commencé au quatrième siècle et n’a connu la fin qu’au treizième siècle. Pendant cette période, cette culture unique s’est développée sur la côte de ce qui est aujourd’hui le Vietnam contemporain, avec des liens évidents avec le sous-continent indien, car les temples étaient dédiés à Krishna, Vishnu et surtout à Shiva. Bien que le bouddhisme mahayana ait finalement imprégné la culture cham vers le quatrième siècle, sa plus grande pénétration s’est produite dans la partie nord du royaume, tandis que l’hindouisme est resté la religion prédominante dans le sud. Le peuple Champa était un peuple riche, avec de grands contacts commerciaux avec les villes voisines. Selon la légende, le niveau de richesse a conduit le roi Indravarman IV à couvrir d’or de nombreux bâtiments. La période de splendeur de la capitale s’est terminée vers 1697, lorsque le Viet a vaincu le Champa et My Son a été abandonné, tombant dans l’oubli le plus profond.

Signification de My Son

La nature extraordinaire de son emplacement, l’isolement de son emplacement et le déclin évident de cet énorme complexe de bâtiments est quelque chose qui ne nous laisse pas indifférents. Il y a quelque chose dans ce scénario qui frôle l’irréalité et suggère la transcendance. Et avec raison, puisque le lieu avait une fonction religieuse pour le Champa et qu’ici d’importants sacrifices et rituels étaient effectués, les rois étaient enterrés et les dieux vénérés. D’autre part, My Son montre encore la solennité habituelle de sa deuxième fonction habituelle, celle d’un centre politique, où l’on célébrait les grands événements protocolaires de la cour, comme les couronnements. Enfin, le lieu dégage également une aura d’isolement, propre à sa fonction de retraite pour les membres de la royauté, venus ici pour se reposer de l’agitation de la cour. Dans tous les sens du terme, le sanctuaire est le plus grand héritage de la civilisation My Son et un témoin exceptionnel de la façon dont le royaume Champa a été un phénomène d’une grande importance politique et économique dans l’histoire de l’Asie du Sud-Est.

L’architecture de My Son

Du point de vue archéologique, le complexe se compose de dix groupes de monuments portant les lettres de l’alphabet (groupe A, groupe B, etc.) et de fouilles archéologiques qui permettent de dater très facilement les différentes constructions. Ce sanctuaire hindou suit la ligne d’autres sanctuaires similaires en Asie du Sud-Est comme Borobudur en Indonésie, Angkor au Cambodge et Ayutthaya en Thaïlande, bien qu’il soit possible de trouver des styles architecturaux étrangers et indigènes, originaires de My Son. Les temples de montagne qui composent le complexe suivent le style architectural hindou. Tous louent et représentent la grandeur du Mont Meru, la montagne mythique sacrée où les dieux résident au centre de l’univers, qui a en My Son leur réalisation terrestre, au cœur de la maison du Cham. Tous les bâtiments sont construits en brique, reliés par une sorte de mortier, avec des piliers de pierre et décorés de bas-reliefs en grès. Les iconographies élaborées représentent des scènes de la mythologie hindoue et présentent un haut niveau de symbolisme qui manifeste l’évolution religieuse et politique des Cham. La construction complexe des bâtiments révèle la grande connaissance technique des Cham, dont les techniques de construction, malgré les études, n’ont pu être déterminées à cent pour cent. Bien qu’il semble que le feu ait joué un rôle décisif dans la cuisson des briques et dans la construction des bâtiments eux-mêmes. Par curiosité, il convient de noter qu’il n’y a qu’un seul temple construit entièrement en pierre et que de nombreuses sculptures et reliefs, apparemment, ont été réalisés directement sur la brique elle-même.

État des monuments de My Son

L’emplacement et le caractère sacré des monuments leur ont permis de perdurer au fil des siècles, malgré l’abandon du complexe après la chute du royaume Champa. La présence des Français pendant la période coloniale a été un facteur déterminant dans le souci de conservation du complexe. A la fin du 19ème siècle, les Français tombèrent sous la magnificence de My Son et commencèrent les travaux de restauration et de conservation qui durèrent jusqu’aux années 1940. Cependant, le complexe a beaucoup souffert pendant la première et la deuxième guerre d’Indochine, pendant les luttes du Vietnam pour l’indépendance de la France, et surtout pendant la guerre du Vietnam, quand la région a été littéralement balayée par un bombardement massif qui cherchait à éliminer les guérilleros Viet Cong qui se cachaient dans la jungle. Aujourd’hui encore, de nombreux cratères laissés par les bombes sur les terres entourant les monuments sont encore visibles. Pour empirer les choses, la zone est très humide et subit périodiquement les effets des inondations, ce qui fait que les structures en briques souffrent beaucoup. Afin d’atténuer tous ces problèmes, des travaux ont été réalisés pour éradiquer la végétation, nettoyer la zone et contrôler les inondations périodiques de la rivière. Ainsi que le déminage des éclats d’obus, des mines et des bombes de guerre, qui constituent un danger grave. C’est après l’unification, en 1975, que les travaux de conservation ont repris et se sont poursuivis jusqu’à ce jour en collaboration avec des équipes internationales. Au centre du complexe se trouvent les bâtiments les mieux conservés et ceux qui représentent le cœur spirituel de My Son, où il y a des tours sanctuaires, des bâtiments pour préserver les reliques et les trésors et de nombreux pavillons dont l’usage était réservé à la pratique de la méditation. Certains des bâtiments du complexe ont dû être protégés par des toits pour éviter de nouvelles détériorations et, en particulier, l’un d’eux abrite un petit musée qui abrite des sculptures et des photos du complexe. Peut-être à cause de ce désir de sauver et de protéger le sanctuaire, plusieurs des sculptures qui ornaient les bâtiments de My Son se trouvent maintenant dans des musées en France et au Vietnam.

Nous espérons que cette information sur le Sanctuaire My Son vous a aidé à mieux connaître l’un des secrets les mieux gardés du Vietnam. Cet ensemble de temples, monuments, mausolées et bâtiments de grand impact esthétique rappellent la magnificence du royaume Champa, l’un des plus importants d’Asie du Sud-Est jusqu’au XIIIe siècle et preuve de l’héritage hindou dans la région du Vietnam. Apprendre à connaître My Son aide à mieux comprendre la réalité du Vietnam et sa riche histoire, un pays qui a été un carrefour de civilisations et qui a su synthétiser le meilleur de toutes ses riches influences.