La Cité Interdite de Hué au Vietnam

La Cité Interdite de Hué au Vietnam

août 9, 2018 Non Par Aika

Une visite de la Cité Interdite de Hué est indispensable pour mieux connaître la citadelle, ancienne capitale impériale de la dynastie Nguyen, déclarée Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1993. Le complexe de fortifications, palais, temples et bâtiments gouvernementaux font de la citadelle l’un des complexes architecturaux les plus intéressants du Vietnam et de la Cité Interdite un élément clé pour comprendre l’ampleur du projet Nguyen.

Qu’est-ce que la Cité Interdite ?

La Cité Interdite de Huê fait partie de l’ensemble monumental de l’ancienne capitale impériale de Huê et fut le lieu de résidence des monarques de la dynastie Nguyen et de leurs familles royales respectives de 1802 à 1945. La construction initiale a été réalisée par Gia Long en 1804, en choisissant, pour son emplacement, l’endroit derrière le palais Thai Hoa ou l’Harmonie Suprême. Son expansion a été réalisée par les rois ultérieurs, avec le complexe abritant cinquante bâtiments et des centaines de pièces. Dans ses premières années, elle était connue sous le nom de ville clôturée, mais le roi Minh Mang, fils de Gia Long, l’a rebaptisée la Cité pourpre interdite de Hue, en vietnamien : Votre Cam Thanh : « Toi », pour le violet dans le ciel et aussi pour la demeure du ciel, en allusion à l’origine divine de l’empereur, « Cam », pour interdit, et « Thanh », pour ville.

Où est la Cité Interdite ?

Comprendre l’emplacement exact de la Cité Interdite peut être un peu compliqué, car elle est située au cœur même de la Cité Impériale, le quartier historique de la ville actuelle de Hué. Connue sous le nom de citadelle, la capitale impériale a été construite sur le modèle de la ville impériale de Pékin, avec une série d’enceintes fortifiées qui se ferment sur elles-mêmes, comme s’il s’agissait d’un ensemble de poupées russes. De cette façon, différents niveaux d’intimité ont été franchis jusqu’à atteindre le niveau le plus élevé possible, l’enceinte de la Cité Interdite, où seuls l’empereur et sa famille vivaient.

La Citadelle ou Ville Impériale

L’enceinte de la citadelle, d’une superficie de onze kilomètres carrés, est entourée de hauts murs de deux mètres d’épaisseur et se compose d’un immense fossé de trente mètres de large. La fortification de l’ensemble du complexe suit les préceptes de l’architecture militaire de Sébastien de Vauban, confirmant l’existence d’une forte influence française avant la colonie elle-même. Fidèle aux principes géomantiques du Feng Shui, couramment utilisés dans les édifices nobles vietnamiens, toute la structure de la citadelle était symétrique. Les constructions étaient situées de part et d’autre d’un axe central qui, venant de l’extérieur, pénétrait au cœur même du complexe, reliant les différentes enceintes fortifiées. L’accès à la citadelle ne pouvait se faire que par dix portes fortement gardées, qui reliaient le site au monde extérieur au moyen de dix passerelles pour piétons. La plus connue était la porte sud, devant la célèbre Tour du Drapeau, flanquée des Neuf Canyons Sacrés. Tous ceux qui entraient et sortaient de la zone fortifiée passaient un contrôle d’accès strict. Une fois à l’intérieur, la ville a été divisée en une zone de résidence civile et une zone d’utilisation, unique et exclusive, pour la Cour impériale. La citadelle est située à côté de la rivière des Parfums, qui a été utilisée pour la construction des canaux intérieurs, des différents lacs et étangs qui sont dispersés dans l’ensemble du complexe et de divers ouvrages hydrauliques. Parmi eux se trouve le célèbre lac Tin Tanh, construit à partir de la ségrégation d’un bras de la rivière des Parfums, entouré d’un périmètre de briques et agrémenté de plusieurs bâtiments. Sommet de l’aménagement paysager du XIXe siècle, ce lac est l’un des meilleurs endroits pour observer la floraison du lotus et était un endroit préféré des empereurs pour se détendre et méditer sans avoir à s’éloigner trop du palais de justice.

L’enceinte impériale

A l’intérieur de la citadelle, dans sa partie sud, se trouve l’Enceinte Impériale ou Dai Noi (Grand Enceinte). C’est un autre lieu fortifié de deux kilomètres et demi, avec ses propres douves, où toute l’activité impériale s’est développée et à laquelle elle a été accédée par la porte monumentale Ngo Mon (Porte du midi). Dans des sites emblématiques tels que le Pavillon des Cinq Phoenix, le magnifique palais Thai Hoa, la grande cour centrale ou la Grande Esplanade des Salutations et les salles Mandarin, des audiences ont eu lieu, des événements protocolaires majeurs ont eu lieu et toutes les décisions politiques ont été prises concernant le gouvernement de l’Empire Nguyen. Voici également de magnifiques exemples d’architecture tels que le Palais de la Reine Mère, le Temple de To Mieu et le Pavillon Hiem Lam, avec neuf urnes dynastiques sur sa façade et d’impressionnants pavillons adjacents, le Temple Hung Mieu dédié à la vénération des parents de l’Empereur Gia Long, le charmant Temple Puoc Tho et des sites récréatifs tels que les magnifiques Jardins Co Hang, utilisés pour le réconfort des princes.

Enfin, dans la partie nord de l’enceinte impériale, après la Thai Hoa, se trouve un troisième périmètre clos d’environ un kilomètre deux cents mètres carrés et sept portes d’accès, connu sous le nom de Cité interdite de Hue, la partie la plus intime de l’enceinte impériale, où l’empereur vivait avec sa famille. Ici se trouvait la résidence privée du roi, Can Thanh Palace, où il vivait sa vie quotidienne et travaillait sur des sujets vraiment importants, recevait un dignitaire de première classe ou préparait des stratégies gouvernementales. Après avoir quitté ses occupations, le roi passa le reste de son temps en compagnie de son immense famille, composée de la reine mère, de l’impératrice, d’un grand nombre de concubines et de tous les enfants qui formaient sa descendance. Les concubines étaient généralement choisies parmi les filles des mandarins (fonctionnaires royaux) et devaient être très belles. Ils ont passé la majeure partie de la journée à s’occuper du roi dans tous ses besoins et ont pu consacrer le reste de leur temps à vivre paisiblement, en profitant des jardins, de la musique, de l’art et de la littérature. En tant que lieu de résidence du monarque et de sa famille, il était complètement fermé à tous ceux qui n’appartenaient pas à la famille royale. Une véritable « armée » d’eunuques était chargée de répondre aux besoins de cette grande famille, puisque c’était le lieu où se développait l’intimité de la famille royale, le seul mâle qui pouvait accéder au lieu était l’empereur lui-même. Quiconque osait défier cette loi était passible de la peine de mort. Les eunuques étaient chargés d’organiser les réunions des concubines avec le roi, d’en rendre compte et, ce qui était fondamental, de dresser la liste des concubines. Beaucoup d’entre eux ont également servi les concubines lorsqu’ils étaient veuves et ont dû passer deux ans à s’occuper du mausolée du roi à la périphérie de Hue, suivant le cours de la Rivière des Parfums. Cependant, leur vie se déroule généralement dans la Cité Interdite et ils ne l’abandonnent que lorsqu’ils sont malades ou âgés.

L’architecture de la Cité Interdite

Comme nous l’avons déjà dit, la citadelle a été construite sur le modèle de la Cité Interdite de Pékin. Ainsi, suivant la coutume chinoise d’appliquer les préceptes du Feng Shui aux constructions impériales, la disposition des bâtiments de la Cité Interdite de Hue, comme le reste de la citadelle, a été établie en tenant compte des principes géomantiques, afin de faciliter la circulation de l’énergie. En ce sens, la Cité Interdite a suivi le même plan architectural que la Cité Impériale. De structure symétrique, les palais étaient disposés de part et d’autre de l’axe central de la porte sud : droite pour l’armée, gauche pour la culture, droite pour les femmes, gauche pour les hommes. Alors que l’enceinte impériale symbolisait le pouvoir totalitaire de la monarchie, avec tous les palais et salles dédiés au gouvernement de l’empire, la Cité Interdite représentait le microcosme de la famille royale qui s’est développée dans diverses résidences, lieux de travail, palais d’étude et de loisirs, avec le symbolique Palais Can Thanh au centre, lieu de résidence des rois. La majeure partie de la ville a été construite en bois et les toits ont été recouverts de belles tuiles de céramique. A l’intérieur il y avait cinquante bâtiments, divisés par usages, parmi lesquels le palais du roi, les palais des mandarins, le palais de la reine, le palais de la concubine, le pavillon du jardin du roi, la bibliothèque royale et le théâtre, le cabinet du médecin royal et le palais de la princesse.

La Cité Interdite à travers le temps

Les moments les plus compliqués pour la Cité Interdite de Hue ont été causés par des phénomènes naturels comme les typhons ou l’attaque d’insectes xylophages comme les termites, ou par des causes humaines, comme l’attaque des troupes de Napoléon III, les dommages causés par la guerre coloniale contre les Français et, dans une large mesure, les destructions causées par la guerre du Vietnam. Dans ce dernier cas, le cours des événements a déterminé que la citadelle est tombée entre les mains de l’armée nord vietnamienne. Après une brève période de vingt jours, les troupes sudvietnamiennes en commun avec les Américains commencèrent une contre-attaque, connue sous le nom d’Offensive Tet (de la Nouvelle Année). Les dures confrontations et les bombardements généralisés de la ville ont dévasté la citadelle et seuls quelques bâtiments ont survécu, une grande partie du patrimoine ayant disparu. Cependant, depuis que la citadelle est devenue un site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993, la Cité interdite fait l’objet d’une restauration minutieuse. Un grand nombre de structures restaurées peuvent déjà être visitées, ce qui rend la destruction encore plus évidente, car les beaux bâtiments partagent l’espace avec les parties démolies, véritables témoins silencieux des ravages de la guerre. En fait, les cratères de bombes sont visibles à côté de piles de briques qui étaient autrefois de beaux bâtiments. Malgré cela, l’Etat vietnamien fait un effort énorme pour récupérer l’ensemble du site et le reconstruire conformément aux plans architecturaux originaux, qui ont été préservés, avec une ténacité admirable visant à redonner à la Cité Interdite sa gloire et sa splendeur d’antan. Sans aucun doute, la visite, en plus d’être dérangeante, parce qu’elle nous met face à l’horreur et à la capacité de destruction de l’être humain dans la guerre, nous remplit d’espoir, parce que c’est une histoire de renaissance et de dépassement. La récupération de la Cité Interdite, comme celle de la citadelle, est un engagement du Vietnam à respecter sa tradition et sa culture, une attitude inhérente aux pays qui ont su comprendre l’ampleur et la profondeur de leur patrimoine historique et leur propre histoire.

Nous espérons que cette information sur la Cité Interdite de Hué vous a motivé à visiter l’un des sites qui a eu le plus grand impact sur l’histoire du Vietnam. Résidence des empereurs, d’ici on contrôlait le sort de l’empire et de tous ses habitants. Malgré les vicissitudes du temps et les destructions subies, la Cité Impériale et la Cité Interdite sont l’une des visites essentielles de tout itinéraire de voyage à travers le Vietnam, car elles représentent non seulement un précieux patrimoine artistique, mais aussi symbolisent l’esprit d’auto-amélioration du peuple vietnamien, fier de son histoire et de sa culture.